Les ronds dans l‘O

Je m’approche, les couleurs intenses m’attirent, le cercle central capte toutes les énergies, irradie les couleurs chaudes qui s’entremêlent… Je crois poser mon oeil sur un kaléidoscope !
En jouant sur la focale et la mise au point, je plonge dans un nouvel univers où se mèlent images d’enfance, visions intimistes et émotions graphiques.
Je me perds dans ce monde onirique qui semble réfléchir à l’infini .
Ici, dans un fragment de photo, un homme à deux têtes fait la conversation à un personnage de bandes dessinées. Là une ève de la peinture flamande tend une pomme à un poisson qui fait des ronds dans l’O… 
La chaleur de cet espace clos défini par le rond, me rappelle les sensations douces de l’espace utérin. Le cocon est doux. Les combinaisons d’inventions visuelles, graphiques et picturales me donnent le tournis, comme si j’étais sur le grand carrousel du temps.
Prises soudain dans le tourbillon du système solaire, les planètes se croisent sans jamais se rencontrer, laissant sur leur trajet des jets de matières rouges, jaunes, orangées.
La magie d’un monde fantasque dans un cercle , comme le trou dans lequel tombe Alice à la recherche de son lapin blanc avec montre gousset… Le reste, le carré, est froid, rempli de matière informe, le vide sidéral. Est-ce la réalité ?
Finalement je préfére replonger dans cette onde mirifique à accent enfantin et à l’imagination débridée, retourner dans le cycle de la vie, l’horloge du temps, la roue de la créativité, la carte de l’île aux trésors…
L’univers pictural de l’artiste, au delà du désir de plaire, propose un miroir du monde, le rond, utopie critique de la réalité.

Voici le seul résultat

Voici le seul résultat