Stéroïdes

Jacques Soum crée des formes aléatoires, sortes de pièces d’un puzzle géant jamais terminé. Ces œuvres sont des fragments, mais de quoi ? Dans quel espace intersidéral l’artiste nous invite-t-il ? Les plans se superposent créant une confrontation entre un monde mécanique, architecturé de traits et de lignes, et un monde organique et organisé, stabilisé. A la jonction des deux, des points de couleur, sortes de soudures de circuit imprimé, nous offrent un chemin pour nous guider à travers cette galaxie peuplée de cellules géantes, vers des passages troués ou des axes autour desquels elle entraîne ses étranges satellites.

Voici le seul résultat

Voici le seul résultat